Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2016 6 06 /02 /février /2016 22:22

Encore heureux, le film politiquement incorrect qui réunit Sandrine Kiberlain et Edouard Baer sous la direction de Benoit Graffin, réinvente les codes du discours amoureux et ceux de la comédie romantique avec succès.

Encore heureux raconte l’histoire d’une famille aujourd’hui : un couple avec deux enfants. C’est le film dont chaque scénariste, rêveur, conteur, fleur bleue, a toujours espéré. Il offre une suite au sempiternel épilogue qui se termine par l’invariable : « ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. »

Seulement voilà, à partir de là, les galères se succèdent. Le chef de famille, cadre sup, au chômage depuis deux ans, déprime. La mère se débat avec le quotidien et blablabla. C’est la cata. Va-t-elle résister aux sirènes de la facilité et au charme fatal d’un don juan richissime ? Va-t-il retrouver sa dignité et le courage d’avoir du cœur à l’ouvrage ? Vous le saurez si vous vous précipitez pour voir ce film qui est à lui seul un remède contre l’adversité et un hommage à La Vie est belle, celle de Capra. Et ne vous contentez pas du pitch en ronchonnant…

Scénario taillé au cordeau, dialogues incisifs et percutants de justesse, comédiens sublimes… Le spectateur ne s’ennuie pas une seconde. C’est un vrai délice. Aucune fadeur. Aucune complaisance. De l’éloquence. De la malice. Des rires. Un délire. Du sentiment. Une insolence survitaminée. Toujours limite. Toujours génial.

Bulle Ogier, interprète la mère de notre héroïne et se révèle une véritable fée comme à chacune de ses apparitions.

Plus que tout, il y a l’alchimie du couple parental. Pourtant Sandrine Kiberlain et Edouard Baer n’ont plus rien à prouver. Seulement là, ils ont leur personnage dans la peau. Ils aiment ce qu’ils sont. Ils le défendent corps et âme. Individuellement. Ensemble. Il y a de la belle folie en partage. Des regards habités. De la prestance. De l’élégance.

Avant que chaque séquence se termine, il y a de nouveau un regard. D’elle ou de lui. De lui, surtout. Un regard chargé d’anxiété, doutant de reconquérir sa Belle. Un regard rempli d’inquiétude ou d’espoir, pétillant ou dévasté, glissant sur le fil du rasoir, terriblement vivant.

Sur fond de réalité sociale, dans une ambiance de crise, Encore heureux nous inocule une dose de bonheur pur. Encore heureux, un abrégé – un peu comme Encore heureux qu’on va vers l’été, le roman de Christiane Rochefort, cette écrivain fantastique connue aussi pour Le Repos du guerrier.

Encore heureux, comme autant de promesses à venir et d’empreintes en souvenir.

Plus aucune honte à être désenchanté, paumé ou considéré comme un looser ! Tant qu’il y a de l’amour, il y a de l’espoir. Et c’est cette énergie que nous communique cette comédie explosive dont les qualités débordent des écrans pour irradier le cœur du public aussi désespéré soit-il.

 

Encore heureux, corrosifs et irrésistibles

Partager cet article

Repost 0
Published by ElsaPotine
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de elsapotine.news.over-blog.com
  • Le blog de elsapotine.news.over-blog.com
  • : Le Blog Culture d'"Elsapotine.news" parle de cinéma, de littérature, de théâtre, des artistes aussi, et de leur force créative. Autant l’avouer, ElsaPotine est une fille à histoires. Pas du genre à en faire. Non, mais à les retranscrire. Des histoires avec un grand H. Celles qui mettent en lumière les belles personnes et le quotidien.
  • Contact

Profil

  • ElsaPotine
  • L'Habit ne fait peut être pas le moine, mais les mots démontrent bien la femme. Par mes écrits, vous comprendrez qui je suis. Celle qui trottine ! Elsa La Potine...
  • L'Habit ne fait peut être pas le moine, mais les mots démontrent bien la femme. Par mes écrits, vous comprendrez qui je suis. Celle qui trottine ! Elsa La Potine...

Texte Libre

Paperblog

Recherche