Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 16:03

André Mathieu (1929-1968), compositeur canadien, retrouve sa place au panthéon des génies de la musique grâce au film de Luc Dionne et à l'interprétation de Patrick Drolet.

Il y a quelques années encore, les adaptations cinématographiques de romans ou de biographies n'avaient pas bonne presse. Beaucoup s'avouaient déçus. Mais depuis "The Rose", "Janis Joplin", "Gandhi", "La Mome", l'adaptation d'une oeuvre littéraire a trouvé sa véritable essence et sa justification en tant que création à part entière. Pour les romans aussi, on l'a vu ; pour ne citer que les derniers en date : "Elle s'appelait Sarah" ou "L'homme qui voulait vivre sa vie".

Le film consacré à André Mathieu répond à la même nécessité. Outre sa réalisation réussie, il a le mérite de ressusciter - si l'on peut dire - un des plus grands musiciens qu'ait connu le Canada.

André montra des dons si exceptionnels dès son plus jeune âge que son père, Rodolphe, lui aussi musicien et compositeur, le poussa à développer son art et le propulsa au devant de la scène.

L'enfant prodige, dès ses quatre ans, se produisit et donna des concerts d'une virtuosité lumineuse, habité par la grâce de l'innocence.

Les images de Luc Dionne n'ont nul besoin de commentaires. Servies par la remarquable prestation des acteurs. Magnifiées par l'interprétation puissante d'Alain Lefèvre, pianiste & compositeur actuel renommé et canadien d'adoption.

Emporté par cette musique vibrante d'exaltation, vertigineuse de maturité en référence au jeune âge de son compositeur, le spectateur assiste à cette vie de star avant l'heure, ou comment des parents avides de reconnaissance ont en quelque sorte volé la jeunesse de leur progéniture.

Parenthèse : dans la biographie écrite par Nicholson dont le scénariste s'est inspiré, sous une des photographies du jeune prodige, sa mère explique comment il finissait déjà les verres lors des cocktails donnés à la fin de ses récitals, lui donnant des réflexes qui n'allaient pas l'aider par la suite...

Puis la prime jeunesse passe et avec, les succès. Survient, lorsque le public commence à se lasser du prodige le temps de la déchéance, des beuveries et des excès.

Devenu adulte, dans la peau du comédien Patrick Drolet, André Mathieu nous émeut par son inaptitude au bonheur, tel un monstre sacré qui court après des instants de grâce que seule la destinée permet quand la volonté cède le pas à l'inspiration.

Une démonstration éblouissante et cruelle sur les affres de la création.

Un hommage plein de sensibilité à un grand artiste.

Une mention spéciale pour Alain Lefèvre qui a "orchestré" la bande originale de ce film et a surtout "milité" corps et âme pour la réhabilitation d'André Mathieu, son frère en musique.

Le film : André Mathieu, L'enfant prodige  

Pour en savoir plus

André Mathieu, Georges Nicholson, Ed. Québec Amérique

Pour trouver ce livre : 
http://www.librairieduquebec.fr/ 
Un coin du Québec 
au cœur de Paris 
30, rue Gay-Lussac 
75005 Paris 
Tél. 01.43.54.49.02 
Fax 01.43.54.39.15 

le Film "L'enfant prodige a été présenté en avant-première : 
Le 23 Novembre 2010 à 19h00, au Forum des Images,

(Forum de Halles - Paris - 75004) dans le cadre de la semaine du Cinéma du QUEBEC. 

Le dvd est sorti au Canada. 
L'album de la musique du film se trouve sur Amazon.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by ElsaPotine - dans Culture
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de elsapotine.news.over-blog.com
  • Le blog de elsapotine.news.over-blog.com
  • : Le Blog Culture d'"Elsapotine.news" parle de cinéma, de littérature, de théâtre, des artistes aussi, et de leur force créative. Autant l’avouer, ElsaPotine est une fille à histoires. Pas du genre à en faire. Non, mais à les retranscrire. Des histoires avec un grand H. Celles qui mettent en lumière les belles personnes et le quotidien.
  • Contact

Profil

  • ElsaPotine
  • L'Habit ne fait peut être pas le moine, mais les mots démontrent bien la femme. Par mes écrits, vous comprendrez qui je suis. Celle qui trottine ! Elsa La Potine...
  • L'Habit ne fait peut être pas le moine, mais les mots démontrent bien la femme. Par mes écrits, vous comprendrez qui je suis. Celle qui trottine ! Elsa La Potine...

Texte Libre

Paperblog

Recherche